09 Sep Communiqué de presse

LE CRI D’ALARME DU PRESIDENT D’HMP AMP
PATRICK PAPPALARDO

Le 24 août, un cri d’alarme a été lancé, par communiqué de presse, par le Président d’Habitat
Marseille Provence, Aix-Marseille Provence Métropole, Patrick Pappalardo.
Ce communiqué de presse a été transmis en main propre par Patrick Pappalardo à Emmanuel Macron,
Président de la République, lors de sa venue à Marseille le 1er septembre 2021.
Vous trouverez ci-après le texte dudit communiqué :

“En tant que Président de l’OPHLM Habitat Marseille Provence Aix-Marseille Provence Métropole, il me
semble important d’informer sur la situation que nous rencontrons actuellement dans le logement social en
rappelant de manière basique les enjeux.
Habitat Marseille Provence Aix-Marseille Provence Métropole détient le patrimoine en logement social le
plus important sur la Ville de Marseille et nous avons dans notre parc immobilier un certain nombre de cités
dites sensibles.
Malheureusement, quelques-unes d’entre elles sont devenues ingérables et sous l’emprise du trafic de drogue.
Un petit nombre d’individus « Bien connus des services de Police »
continuent à faire perdurer leurs trafics à la vue de tous et à la connaissance de tous.
Nous sommes tout-à-fait conscients que les services de Police interviennent très régulièrement et font un
travail extraordinaire mais qui malheureusement n’est pas suivi d’effets par la justice.
Pourquoi, après chaque arrestation et identification, ces individus ne sont-ils pas sanctionnés
immédiatement ?
Les 2 jeunes hommes qui ont été tués sur la cité La Marine Bleue qui fait partie du patrimoine Habitat
Marseille Provence Aix-Marseille Provence Métropole étaient identifiés comme « Bien connus des services de
Police ».
Pourquoi les consommateurs qui sont à l’origine de ce trafic, ne sont-ils pas traqués et sanctionnés jour et
nuit ?
Pourquoi ne pas appliquer des mesures coercitives sur les familles de ces délinquants et notamment celles qui
bénéficient d’un logement social ?
Malheureusement, le logement social aujourd’hui est en pleine dérive et nos locataires se plaignent de plus
en plus d’être pris en otage par un petit nombre de délinquants qui les menacent. Dans une société en
démocratie la population n’a pas à se faire justice elle-même et devrait compter sur l’Etat qui lui doit la
sécurité.
Les dramatiques homicides qui se sont produits vont se reproduire et seront de plus en plus nombreux.
Nous sommes en bout de chaine sans aucun moyen de faire face à ce fléau.Jusqu’à quand le logement social de la Métropole restera une voiture balai de la République ?”

Nous sommes le 8 septembre, soit 15 jours plus tard, et quel est le constat

Dans la nuit du 29 au 30 août, à 2 h 30 du matin, un incendie sous un porche d’un bâtiment

d’habitations est survenu près du point de deal dans la cité des Lauriers située dans le 13ème
arrondissement. Cette cité appartient à Habitat Marseille Provence. Une personne a été hospitalisée.

Incendie des Laurier Août 2021

Lundi 6 septembre, un policier a été agressé, nécessitant 10 points de suture et 7 jours d’arrêt de
travail, pour avoir effectué son travail en arrêtant un trafiquant de drogue dans la cité de Frais Vallon,
13ème arrondissement, gérée encore par Habitat Marseille Provence.

Mercredi 8 septembre, un individu lié au trafic de drogue a été abattu dans la cité de la Renaude,
13ème arrondissement, également gérée par Habitat Marseille Provence.

La Renaude

Trois drames dont deux uniquement pour ce début de semaine !

Nos locataires sont excédés, épuisés et démunis face à cette violence. Ils ne peuvent plus accèder en
toute quiétude à leur domicile.

Les locataires des cités de :
* la Marine Bleue,
* Frais Vallon,
* Jean Jaurès,
* Les Lauriers,
* Les Oliviers A….
demandent massivement à déménager de toute urgence.
En tant que bailleur social, nous sommes dépassés car ces trafics ne relèvent pas de notre rôle de
bailleur.
La tragique nouveauté à Marseille c’est que les dealers s’attaquent à
des policiers en mettant leur vie en danger !
Jusqu’à quand allons-nous compter les morts, les blessés et envoyer des communiqués de presse ?

 

Contact presse :
Catherine Blanc – Chargée de Communication – 04-91-10-80-78